• 14 mars 2022
  • Équipe éditoriale
  • 0

NOUVEAUX USAGES, LES DRONES POUR UNE ACTION POSITIVE SUR L’ENVIRONNEMENT

Depuis 2012, l’utilisation des drones à usage professionnel est autorisée dans notre pays. Depuis cette date, cette filière ne cesse de découvrir de nouveaux usages pour ces drones, notamment dans le domaine de l’environnement.

Nous allons faire un zoom sur les usages qui existent déjà dans le domaine de l’écologie. Tout comme le drone est une plateforme transverse dans les moyens de transports, l’écologie est un domaine présent à tous les niveaux de notre société.

Les drones et l’agriculture

Les drones et l'environnement : champs

Nous le savons le sujet est de réduire les intrants : faire mieux avec moins et le drone représente une clé pour l’observation des cultures et le traitement chirurgical de certains nuisibles.

Un drone peut embarquer des capteurs pour surveiller et mesurer de nombreux indicateurs de la santé des cultures : la couleur, la densité, mais aussi le niveau d’azote, de chlorophylle, la biomasse, le taux d’humidité, le stress hydrique, etc.
Cette surveillance permet aux exploitants des parcelles d’adapter leur réponse de façon très fine.

Plus encore, le drone peut également proposer des traitements en pulvérisant
certaines zones de façon très minutieuse avec un rendement d’environ
10ha/heure, en libérant des insectes prédateurs pour combattre une invasion ou même replanter des zones de parcelle sans avoir à entrer dans la zone et perturber la croissance des autres plantes.

Dans un objectif plus écologique encore, nous trouvons l’initiative des Chambres
d’agriculture de la Somme et de l’Aisne qui ont débuté un programme
expérimental de détection de mauvaises herbes par drone
, qui pourrait
conduire à réduire l’utilisation des herbicides de 70 à 90 % en cartographiant les zones qu’il faut traiter.

Drone et environnement : en vol dans le ciel

Les drones pour la préservation de la faune sauvage

Depuis de nombreuses années maintenant, les drones sont utilisés pour repérer les nids et les petits des animaux sauvages pour préserver les zones de reproduction. Dans le même esprit, ils sont utilisés pour réaliser des comptages dans les réserves naturelles et même pour assurer la sécurité de certaines espèces en danger à cause du braconnage dans plusieurs réserves africaines.

L’usage des drones ne se limite pas à la simple observation ou au comptage des populations animales, ils commencent aussi à être utilisé pour soigner certains animaux en leur distribuant des médicaments dans des appâts. Mais aussi dans un autre registre en luttant par exemple contre la prolifération des moustiques qui sont également vecteurs de maladies touchant la faune sauvage.

Drone et environnement : vole dans champ

Les drones pour mieux connaître notre environnement 

Drone et environnement : champ

Ces plateformes peuvent être équipées de capteurs comme des caméras, mais aussi de systèmes de mesure de la qualité de l’air ou de la captation d’échantillonnage d’eau par exemple. Leur potentiel va bien au-delà de simples missions d’observation, car ils peuvent collecter des informations permettant de qualifier un état et d’en mesurer l’évolution, le tout à distance.

Mieux connaitre un écosystème et suivre son évolution en temps réel permet de mieux le protéger. Dans cet objectif, on retrouve des drones pour surveiller la fonte des glaciers, l’érosion des falaises ou la progression des zones désertiques.

C’est dans le domaine du combat contre les feux de forêt que les drones s’illustrent le plus souvent. Ils permettent aux équipes de secours de comprendre la progression des fronts pour adapter leur stratégie, de repérer les animaux et ouvrir des corridors pour qu’ils puissent s’enfuir et de plus en plus combattre les flammes en larguant du retardateur dans des zones très difficiles d’accès.

Le travail de la filière drone pour l’environnement

Les drones ont déjà un faible impact environnemental, mais parmi les défis futurs de la filière, le développement de solution solaire ou utilisant l’hydrogène permettront de les rendre encore plus efficaces en termes d’autonomie afin de mieux connaitre notre environnement et l’impact que nous avons sur lui.